Une nouvelle aide pour les anciens étudiants boursiers du supérieur en recherche d’emploi

« Ne laisser aucun jeune sur le bord de la route » : le gouvernement multiple les mesures pour tenir cette promesse. En plus de l’extension de la garantie jeunes à 100 000 précaires supplémentaires, annoncée le 26 novembre 2020, les anciens étudiants boursiers du supérieur qui peinent à trouver un emploi pourront demander une aide dès lundi 18 janvier.

Cette catégorie de jeunes était jusqu’à présent dans l’angle mort des dispositifs de soutien, qui ciblent avant tout les peu qualifiés. Pourtant, les anciens boursiers diplômés de l’enseignement supérieur, qui ne peuvent pas bénéficier de l’appui financier de leurs parents et n’ont pas suffisamment travaillé pour toucher le revenu de solidarité active (RSA) ou les allocations-chômage, se retrouvent dans une situation très précaire.

Lire aussi Emploi : vers la mise en place d’une « garantie jeunes universelle »

Afin de « combler les trous de la raquette » des dispositifs de soutien aux jeunes, le gouvernement a mis en place une allocation qui leur est consacrée. Le décret 2020-1789 du 30 décembre 2020 institue ainsi une aide financière exceptionnelle à destination des jeunes diplômés en recherche d’emploi anciennement boursiers de l’enseignement supérieur, qui entre en vigueur aujourd’hui.

Majoration de 100 euros

Mais tous les ex-boursiers ne sont pas concernés. Le dispositif s’adresse uniquement aux demandeurs d’emploi de niveau bac + 5 ou plus, de moins de 30 ans, venant d’achever leurs études, qui étaient boursiers l’année dernière ou le seront cette année. L’aide est de 70 % du montant mensuel de la bourse versée pendant la dernière année d’étude, majorée de 100 euros si l’ex-étudiant n’est plus domicilié chez ses parents. Elle est renouvelable pendant quatre mois.

Le demandeur doit être inscrit à Pôle emploi et devra avoir récemment obtenu son diplôme de niveau bac + 5 ou plus (master, doctorat…), en 2020 ou cette année. Il lui faut avoir obtenu une aide financière de l’Etat ou des collectivités locales au cours de sa dernière année d’étude. Les bourses de stage ou d’études à l’étranger entrent donc en compte.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Emploi : bilan positif pour la garantie jeunes, dispositif d’aide pour les 16-25 ans en décrochage

Comme le fait remarquer le spécialiste de l’économie sociale Michel Abhervé sur son blog, cette nouvelle aide est une version allégée de l’aide à la recherche d’un premier emploi (ARPE), mise en place en 2016 par le gouvernement Valls. Cette allocation, qui revenait à maintenir la bourse des étudiants pendant quelques mois lors de leur entrée dans la vie active, a été supprimée sous la présidence Macron.

Il vous reste 41.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.