Première banque italienne, Unicredit va supprimer 8 000 équivalents temps plein

La banque italienne a prévu de fermer 500 agences d’ici à 2023.
La banque italienne a prévu de fermer 500 agences d’ici à 2023. ANDREAS SOLARO / AFP

Des milliers d’emplois supprimés d’un côté, une forte hausse des dividendes versés aux actionnaires de l’autre. La banque italienne Unicredit a annoncé, mardi 3 décembre, qu’elle allait supprimer 8 000 équivalents temps plein (ETP) et fermer 500 agences d’ici à 2023, pour réduire ses coûts d’un milliard d’euros. Cette mesure entraînera une baisse de 12 % des effectifs et de 17 % du nombre d’agences en Europe occidentale.

Depuis son arrivée à la tête de la première banque italienne en termes d’actifs à l’été 2016, le Français Jean-Pierre Mustier a mené une vaste réorganisation de la banque, en réduisant déjà les effectifs de quelque 14 000 ETP et en fermant plus de 900 agences. Ces nouvelles suppressions d’emplois seront menées dans le cadre du plan stratégique 2020-2023 de la banque, présenté mardi aux investisseurs à Londres.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un Français à la tête d’Unicredit, la première banque italienne

Ce plan est aussi marqué par une nette hausse des dividendes. Sur la période 2020-2022, Unicredit versera 40 % de son bénéfice net aux actionnaires (dont 10 % via le rachat d’actions), contre 20 % annoncés en 2016 et 30 % en 2017. Ce montant grimpera à 50 % en 2023. Au total, huit milliards d’euros seront versés aux actionnaires entre 2020 et 2023, dont deux milliards via des rachats d’actions. Concernant ses revenus, Unicredit prévoit une hausse moyenne annuelle de 0,8 % entre 2018 et 2023, pour atteindre 19,3 milliards d’euros.

Contribuer