« Le Pouvoir de la destruction créatrice » : le capitalisme en pleine crise d’identité

« Le pouvoir de la destruction créatrice », de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel, aux éditions Odile Jacob, 448 pages, 24,90 euros.

Le livre. La pandémie de Covid-19 aura eu le mérite de révéler avec éclat les faiblesses du capitalisme. En Chine, elle a montré les limites d’un capitalisme sans liberté d’expression. Aux Etats-Unis, elle a mis à nu le drame de tous ces individus qui ne sont pas assurés contre une perte d’emploi et contre la maladie.

En France, elle a montré « la vulnérabilité d’une économie qui est allée trop loin dans la délocalisation de ses chaînes de valeur, y compris dans les secteurs stratégiques comme la santé ; elle a également fait apparaître les limites d’un Etat trop centralisé, trop bureaucratique, et qui ne faisait pas assez confiance à la société civile et à aux territoires », analysent Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel dans l’ouvrage Le Pouvoir de la destruction créatrice.

Le capitalisme affronte une crise d’identité comme il n’en a jamais connu auparavant. Face à la montée des inégalités, à la précarisation du travail, à la détérioration de la santé et de l’environnement, faut-il changer radicalement de système économique et abolir le capitalisme ? Pas selon les auteurs de l’essai Le Pouvoir de la destruction créatrice : plutôt que de vouloir le dépasser, il faut chercher à mieux le réguler. « Le capitalisme est un cheval fougueux : il peut facilement s’emballer, échappant à tout contrôle. Mais si on lui tient fermement les rênes, alors il va là où l’on veut. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réformer l’entreprise : mission impossible ?

Aboutissement de cinq années de cours au Collège de France, l’ouvrage souhaite permettre à un public sans expertise préalable d’accéder aux travaux de recherche récents en économie de l’innovation et de la croissance. Comment diriger la destruction créatrice vers l’objectif d’une croissance plus verte et juste ? Comment faire en sorte que les innovateurs d’hier n’utilisent pas leurs rentes pour empêcher de nouvelles innovations ? Quelles sont les forces qui permettent d’orienter la destruction créatrice ? s’interrogent le professeur au Collège de France Philippe Aghion, l’économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques Céline Antonin, et l’administrateur de l’Insee Simon Bunel.

Corriger les excès

Si le Covid-19 entraîne des destructions d’emplois et des faillites en masse, il incite aussi à innover. Le secteur de la distribution va, plus que jamais, recourir à l’intelligence artificielle et à la robotique, car les consommateurs ne perdront pas l’habitude prise de commander en ligne. Le confinement nous a fait découvrir les mérites du télétravail et des consultations médicales à distance.

Il vous reste 34.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.