« Insinuer que l’université distille l’idéologie des fanatiques est un outrage à la République »

Plusieurs amendements au projet de loi sur la recherche tentent, à la faveur de l’émotion suscitée par les crimes terroristes, de placer l’université « sous tutelle politico-administrative », estime le philosophe Edouard Mehl.