EDF : « Changer le contour du groupe est inadmissible  »

Le secrétaire CGT du comité de l’EDF, François Dos Santos, se soulève contre la volonté du gouvernement de diviser le groupe en deux succursales distinctes.

François Dos Santos est secrétaire CGT du Comité central d’entreprise (CCE) d’EDF. Il résiste aux divulgations du Parisien et du Monde sur le plan de l’administration pour réaménager le géant français de l’électricité. EDF pourrait être amenée à être distribuée en deux entreprises distinctes : d’une part le résultat d’électricité nucléaire et hydraulique, et de l’autre les énergies renouvelables, les services, les réseaux et la fourniture d’électricité.

L’administration et la direction d’EDF réaffirment œuvrer à un scénario de réaménagement de la société. Comment la CGT, premier syndicat du groupe, se positionne-t-elle ?

Pour les salariés d’EDF, il y a une grande incompréhension. C’est intolérable d’apprendre par la presse que notre avenir se joue à l’Elysée.

Pour notre part, nous considérons que toutes les activités du groupe doivent subsister ensemble. Toute volonté de changer le périmètre du groupe est inacceptable. On n’est pas partis pour négocier. Aucune concertation avec les organisations syndicales n’a d’ailleurs été engagée.

Le gouvernement estime que ce réaménagement pourrait donner de l’air à EDF et accepter au groupe d’investir…

Il y a en réalité deux sujets : le premier concerne la normalisation. Comment donne-t-on la possibilité à EDF d’investir dans le contexte actuel ? C’est le sujet majeur, il ne faut pas le négliger. Et ensuite, en fonction de cela, il y a une discussion sur l’organisation du groupe. Il n’y a aucune obligation à parler de la structure d’EDF. Honnêtement, il n’y a pas besoin de découper EDF pour avoir une meilleure normalisation.

Que vous inspire le plan de découpage en deux sociétés distinctes, chapeautées par une maison mère ?

Il y a en France depuis longtemps un fantasme sur la création d’un pôle industriel du nucléaire. Cela peut s’exprimer. Mais EDF ne peut pas n’être que cela ! Les agents EDF procurent de l’électricité à 30 millions d’abonnés et les font bénéficier d’un mix diversifié. Ce qui nous importe c’est que les gens aient du courant à un prix concurrentiel et qu’il y ait un service public de l’électricité. Ce n’est pas ce vers quoi on se dirige.

La seconde partie de l’entreprise ressemble à un agglomérat qui n’a pas beaucoup de sens : on y rassemblerait le réseau de distribution [Enedis], la fourniture d’électricité, les énergies renouvelables, les services. Il n’y a pas beaucoup de synergies possibles entre ces activités. Quel est le sens industriel de cette deuxième société ? Là aussi on peut s’attendre à l’arrivée de capitaux privés.

Ni la CGT, ni la commission centrale d’entreprise ne sont favorables à un assemblage qui vise à accroître la part privée du capital. Nous allons réfléchir à la mobilisation dès maintenant ; quand le plan aura été choisi par Macron et vendu à Bruxelles, ce sera trop tard.

Quelles peuvent être les résultats pour les salariés et pour les consommateurs ?

Cela peut avoir des résultats graves par exemple pour les 8 500 salariés de l’activité de commercialisation d’électricité. Les marges d’un EDF séparé de la production seraient très faibles et n’admettraient pas de maintenir des centres d’appels en France, et une forte qualité de service.

Pour les consommateurs, ce projet a de très grandes chances de conduire un accroissement des factures d’électricité.