Covid-19 : aux Etats-Unis, des entreprises testent en masse leurs salariés

« A San Francisco, la ville a confié les tests à grande échelle à la start-up Color, spécialisée à l’origine dans les tests génétiques. »
« A San Francisco, la ville a confié les tests à grande échelle à la start-up Color, spécialisée à l’origine dans les tests génétiques. » Marianne Boyer

A Las Vegas, les tests de dépistage du Covid-19 sont de plus en plus répandus. « C’est une question de vie ou de mort pour les employés. Il faut leur donner tous les outils dont ils ont besoin pour assurer leur protection », déclare Geoconda Arguello Kline, la responsable du syndicat Culinary Union, qui compte parmi ses 60 000 adhérents l’ensemble des personnels hôteliers, du cuisinier à la femme de chambre ,en passant par le portier. « Quinze personnes sont déjà mortes, nous ne devrions pas en perdre plus », affirmet-elle.

Le message a été entendu par les géants du jeu. Caesars, Boyd Properties, MGM Resorts, Wynn Las Vegas, toutes ces entreprises ont décidé de tester en masse leur personnel pour pouvoir rouvrir les hôtels et casinos en ce mois de juin. L’objectif : « Assurer la tranquillité d’esprit de nos employés et de la clientèle », dit Bill Hornbuckle, président de MGM Resorts. « Nous prenons le plus grand nombre possible de précautions. » C’est ainsi que Matt Maddox, directeur général du groupe Wynn, a promis de faire tester gratuitement chacun de ses 15 000 salariés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Etats-Unis : banqueroutes en série pour les chaînes de grands magasins

Le travail réalisé depuis le mois de mai par l’University Medical Center a permis de contrôler 1 000 personnes dès les trois premiers jours. Et lorsqu’un cas se révèl positif, il est signalé au Southern Nevada Health District, pour que l’on puisse retrouver ses contacts et les avertir.

A San Francisco, la ville a confié les tests à grande échelle à la start-up Color, spécialisée à l’origine dans les tests génétiques. « Nous avons commencé avec les employés de la ville, policiers et infirmiers », explique Othman Laraki, le fondateur de Color. Deux sites capables d’accueillir 1 500 personnes par jour ont été ouverts, puis les tests ont été étendus aux employés des supermarchés, aux ambulanciers et autres personnels « essentiels ». La formule est simple : « On prend rendez-vous en ligne, le test se fait en 3 minutes, les résultats sont transmis aux patients, aux autorités locales et aux ressources humaines des employeurs. »

Sur la base du volontariat

Chaque test se fait sur la base du volontariat, mais il faudra être vigilant pour qu’après la crise les barrières entre vie privée et travail retrouvent leur place. Avant le Covid-19, on aurait hurlé à la violation de la vie privée, devant la divulgation du dossier médical d’un patient à son employeur. En temps de crise, les défenseurs les plus farouches des libertés individuelles se montrent accommodants. « En période d’urgence, les considérations sur la protection de la vie privée sont mesurées différemment », reconnaît Jay Stanley, de l’American Civil Liberties Union.

Il vous reste 52.06% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.