Après la crise, plus de télétravail, l’équité mieux maîtrisée et l’emploi en pointillé

Les entreprises sortent d’une période inédite : outre le télétravail largement expérimenté et débattu depuis le 16 mars, les pratiques RH ont été bousculées avec la gestion du Covid-19. Une quinzaine de responsables des ressources humaines se sont retrouvés mardi 23 juin, aux Jardins de Saint-Dominique à Paris, pour échanger sur leurs expériences de la crise, à l’occasion des Rencontres RH, un rendez-vous mensuel de réflexion sur l’actualité du management, organisé par Le Monde en partenariat avec Leboncoin.

Leurs leçons de cette période particulière ont révélé quelques surprises sur des sujets qu’ils n’avaient pas anticipés : l’égalité de traitement des salariés, l’apparition de nouveaux clivages cols bleus-cols blancs et la disparition d’anciens clivages entre RH et salariés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Télétravail : revoir de près les règles du travail de loin

Les DRH présents ont évidemment témoigné de la « formidable capacité d’adaptation de leurs équipes », pour se mobiliser, s’organiser, communiquer, avant de revenir sur la généralisation du télétravail imposée par le Covid. « Les renégociations sur les accords télétravail sont au cœur des sujets des DRH », affirme Christine Caldeira, la secrétaire générale de l’Association nationale des DRH (ANDRH). « On va tous renégocier ces accords », confirme Frédérique Durand, la DRH de l’imprimerie nationale. Veolia, par exemple, est déjà passé à un jour de télétravail par semaine depuis la réouverture des écoles, et « on verra en septembre si on le maintient », précise Jean-Marie Lambert, le DRH du groupe. Les débats sont ouverts et l’avenir s’annonce hybride pour beaucoup de salariés, partagés entre le travail sur site et à domicile.

« Une cohésion dans l’émotion »

« Mais quel que soit le poids du télétravail demain, en management, on a beaucoup parlé de prise de décision plus rapide et d’aplatissement de la hiérarchie. La question est comment rebondir là-dessus », s’interroge Marion Azuelos, la DRH de BNP Paribas Asset Management. La crise a accéléré les prises de décision, a renforcé la cohésion des dirigeants et la solidarité au sein de l’entreprise, bien que des cols bleus aux cols blancs, des travailleurs dits « essentiels » aux autres, de nouveaux clivages soient apparus liés aux situations de travail incomparables.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’individu et les nouveaux collectifs

Le contexte du Covid a également accéléré les process. « Carrefour, qui auparavant exigeait qu’on voie les intérimaires en présentiel avant de les embaucher, y a renoncé », illustre Pascal Lorne, le PDG fondateur de la plate-forme d’intérim Gojob.

Il vous reste 51.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.