Santé au travail : les promesses de l’intelligence artificielle pour améliorer la prévention

Le chien-robot SCAR, développé par l’école des Mines de Nancy, dans le laboratoire souterrain de Bure (Meuse), le 11 mai 2021.

Lorsque des accidents surviennent en entreprise, les comptes-rendus sont souvent rédigés de façon spontanée, sans formatage. Des propos libres qui apportent de nombreuses précisions, une richesse contextuelle, mais ont leur revers : ils sont très difficiles à exploiter. Une problématique que des outils d’intelligence artificielle (IA) pourraient pallier, forts de leur capacité à faire ressortir d’une masse textuelle récurrences des signaux faibles.

L’IA peut-elle être un atout pour la santé et la sécurité des travailleurs ? C’est ce que pensent aujourd’hui nombre de scientifiques, qui observent le potentiel croissant de solutions technologiques et les perspectives prometteuses qu’elles dessinent pour la prévention en entreprise. « Les avancées sont impressionnantes, note Martin Bieri, chargé d’études au sein du laboratoire d’innovation numérique de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Dans des organisations qui comptent des métiers à risque, où l’on observe beaucoup d’accidents, l’IA peut être une aide précieuse pour exploiter les données et mieux comprendre la multiplication d’incidents. »

Des solutions sont d’ores et déjà déployées dans certaines d’entre elles, comme le logiciel Plus de la société Safety Data – Omnicontact. Il doit « améliorer la sécurité grâce au traitement automatique de données textuelles et faire office d’aide à la décision », explique l’une de ses salariés, Céline Raynal. D’autres outils ambitionnent de surveiller en temps réel les espaces de travail et leurs occupants, dans le seul but déclaré de les sécuriser, et de lancer une alerte si un danger est repéré.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Le développement d’une intelligence artificielle éthique est un enjeu primordial pour les entreprises »

Certaines sont déjà déployées dans des organisations, comme les caméras embarquées sur véhicule de chantier Blaxtair, qui permettent de détecter des piétons grâce à un système de reconnaissance de personnes. D’autres sont encore à l’état de test, mais pourraient trouver leur place dans les entreprises dans la décennie qui vient.

L’aide des robots collaboratifs

C’est le cas des équipements connectés capables de mesurer et de transmettre des données biométriques du salarié (la fréquence cardiaque, par exemple) et des positions articulaires. « L’IA sera en capacité de donner l’alerte sur la fatigue d’un travailleur en combinant l’analyse de différents paramètres, explique Timothée Silvestre, chargé de prospective au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). L’enregistrement de certains mouvements ou du cumul de poids portés pourront par ailleurs être réalisés avec des capteurs portés, afin de prévenir des risques pour le corps du salarié, notamment de troubles musculosquelettiques. »

Il vous reste 57.53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.