Repérages, paranoïa et petites notes en détention : enquête autour du périple meurtrier du « tueur de DRH »

« Pendant l’intégralité de l’interrogatoire, Gabriel Fortin est resté silencieux, les yeux dans le vague. » Accusé d’avoir tué une conseillère Pôle emploi et deux directrices des ressources humaines (DRH), les 26 et 28 janvier 2021, il se mure toujours dans le même « silence », répété depuis deux ans sur ses procès-verbaux (PV) d’audition. Mutique face aux enquêteurs. Pas plus bavard face à la juge d’instruction.

L’ingénieur au chômage de 47 ans, mis en examen pour trois assassinats et une tentative, a également refusé de participer aux reconstitutions, restant dans le fourgon pénitentiaire. Le travail des enquêteurs a toutefois permis de retracer son parcours, et une plongée dans ses données numériques a commencé à le faire parler malgré lui. Sans compter les notes manuscrites saisies dans sa cellule.

Le dossier, que Le Monde a consulté, raconte « la vengeance froide et déterminée d’un homme intelligent », selon les termes de l’ordonnance de mise en accusation. Renvoyé devant la cour d’assises de la Drôme, son procès devrait se tenir en juin. Contactés, ses avocats n’ont pas donné suite.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Drame de Valence : l’assassin reste muet, des liens confirmés avec les entreprises des victimes

Le 28 janvier 2021, à 9 h 20, une Hyundai rouge est percutée par des policiers sur le pont Frédéric-Mistral, à Valence. Gabriel Fortin est interpellé au volant. Dans la voiture : un Glock 9 mm et près de deux cents munitions. Dans la poche avant droite de son jean : deux cartouches 9 mm et un stylo. C’est la fin d’un périple meurtrier de trois jours.

Vingt minutes plus tôt, il était entré dans une agence Pôle emploi sous un faux nom. La main fourrée dans un sac plastique, il fait les cent pas dans la salle d’attente. Avant de se diriger dans un couloir, de choisir un bureau et de faire feu. Patricia Pasquion, responsable indemnisation à Pôle emploi, est tuée d’une balle en pleine poitrine. Le tireur, lui, s’enfuit.

De l’autre côté du Rhône, Gabriel Fortin entre tout aussi prestement dans les locaux de Faun Environnement, une entreprise qui fabrique des bennes à ordures. Casquette vissée sur son crâne rasé et sac plastique toujours à la main, il cherche « Philippe C. ». Sans succès : l’employé ne travaille plus ici. Il finit par trouver la DRH, Géraldine Caclin, et la touche mortellement avant de fuir à nouveau, abandonnant sur place son 9 mm enrayé.

Corps criblé de balles

En quelques heures, les enquêteurs tirent les premiers fils d’une investigation qui durera un an et demi. Ils découvrent que Gabriel Fortin était ingénieur chez Faun entre 2008 et 2009. La victime avait géré son licenciement et ce Philippe C. qu’il recherchait était son ancien chef. Gabriel Fortin avait ensuite été rattaché au Pôle emploi de Valence jusqu’en 2012, sans qu’aucun lien direct soit établi avec Patricia Pasquion. « L’hypothèse la plus probable », avance le policier chargé de l’enquête dans un PV de synthèse, est que Pôle emploi incarnait le « symbole de son échec professionnel » et que « Mme Pasquion se trouvait sans doute au mauvais endroit au mauvais moment ».

Il vous reste 78.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.