Les entreprises pourront vacciner au plus tôt au printemps

Carnet de bureau. Alors que le gouvernement avait dans un premier temps interdit aux entreprises de prendre en charge les campagnes de tests de dépistage du Covid-19, jusqu’au revirement du 29 octobre 2020, il reconnaît aujourd’hui qu’en entreprise ça s’est bien passé. Elisabeth Borne compte désormais avec elles pour organiser la vaccination des salariés sur la base du volontariat et dans le respect du secret médical. « Je pense que les entreprises, qui tous les ans participent à la stratégie de vaccination contre la grippe, pourront le moment venu jouer un rôle dans cette stratégie de vaccination », a déclaré la ministre du travail, sur Franceinfo le 5 janvier. Aurait-on tiré les leçons de la gestion des campagnes de tests ?

« Je me félicite que la ministre reconnaisse la place majeure des entreprises dans la prévention santé des collaborateurs », réagit Jean-Marie Lambert, DRH groupe de Veolia. Le spécialiste de la gestion de l’eau et des déchets avait été un des premiers à organiser une campagne de tests pour l’ensemble du personnel. « Quand on a décidé de les proposer à tous les salariés, on a maintenu notre position [malgré l’interdiction gouvernementale], et le personnel a été ravi. On a envoyé des camions sur site et 4/5e des salariés se sont fait tester. On est tout à fait prêts à vacciner les volontaires quand on aura les vaccins . On s’attend à un effet boule de neige. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Derrière la frilosité de la stratégie vaccinale, les craintes de poursuites judiciaires

Le préalable est évidemment que les vaccins soient à disposition. Environ 1 million de vaccins Pfizer-BioNTech devraient être livrés par semaine à partir du mois de mars, a indiqué le ministre de la santé, Olivier Véran. « On ne sait pas comment les vaccins nous parviendront, remarque M. Lambert. On les attend avec espoir et impatience. »

Légère accélération

Depuis le rappel d’Emmanuel Macron qui lors de ses vœux à la nation a déclaré qu’il ne laisserait pas « pour de mauvaises raisons, une lenteur injustifiée s’installer », le premier ministre a bien annoncé une légère accélération du calendrier. C’est dès le 18 janvier et non plus au mois de mars que les plus de 75 ans pourront se faire vacciner, a-t-on appris le 7 janvier. « Nous ouvrons la vaccination à 5 millions de personnes et nous nous donnons plusieurs semaines pour le faire», a précisé M. Véran devant la commission des affaires sociales du Sénat, le 12 janvier.

Lire le récit : Les six semaines de flottement qui ont retardé la campagne de vaccination française contre le Covid-19

Mais pour le monde du travail, en dehors des professionnels de santé, ce n’est pas pour tout de suite. Il faudra attendre la phase 3, « quand on vaccinera en population générale », a précisé Mme Borne. L’objectif gouvernemental est de vacciner le maximum de personnes dans le temps le plus court.

Il vous reste 20.82% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.