Le BTP teste la formation « brique par brique »

Le comité scientifique chargé d’évaluer le plan d’investissement dans les compétences (PIC) mis en œuvre depuis 2018 a présenté, jeudi 25 novembre, ses premiers résultats. Si les 15 milliards d’euros du PIC n’ont pas encore fait sentir leurs effets, plusieurs expériences régionales visant à assouplir les cursus de formation, pour mieux répondre aux besoins des secteurs en tension, sont suivies de près. C’est le cas de la modularisation des formations BTP. La région Bourgogne-Franche-Comté, première à s’engager dans le PIC, en contrepartie d’une dotation de 250 millions d’euros, a servi de terrain d’expérimentation.

Comme dans d’autres territoires, la construction figure dans le top 5 des secteurs qui recrutent le plus. Chargés de former les futurs professionnels du bâtiment, les cinq centres de formation d’apprentis (CFA) du bâtiment de la région accueillent plus de 2 000 apprenants par an. Pas assez pour répondre aux besoins des entreprises : dans la région, 75 % des projets de recrutement sont jugés « difficiles » par les employeurs du secteur.

Mais le manque de souplesse des cursus proposés par les CFA, qui s’adressent essentiellement à des jeunes en alternance, les empêchait d’accueillir des professionnels désireux d’acquérir de nouvelles compétences ou de se reconvertir. « Avant la modularisation des formations BTP, l’apprenant devait suivre une formation dans sa totalité ; y compris les 3 heures d’anglais le mercredi matin, les 2 heures de maths le jeudi après-midi… Dans ces conditions, c’était difficile d’ouvrir la formation à un public plus large », explique Christelle Soulard, responsable du pôle certifications du Comité de concertation et de coordination de l’apprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP).

« Capsules numériques »

Afin d’adapter son offre aux contraintes des stagiaires, l’association Bâtiment CFA Bourgogne-Franche-Comté s’était engagée dès 2017 dans un vaste chantier de création de « capsules numériques ». Il s’agit de 350 formations très courtes, d’une quinzaine de minutes, pendant lesquelles l’apprenant peut, par exemple, se former aux problématiques du développement durable.

La brièveté du format permet de se former entre deux chantiers en visionnant une courte vidéo. A partir de cette première expérimentation de redéfinition des cursus par blocs de compétences, la Bourgogne-France-Comté a servi de région pilote pour la modularisation de la formation BTP.

Depuis la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018, les organismes de formation sont appelés à structurer leur offre en « blocs », afin de fluidifier les parcours et faciliter la reconnaissance des acquis. Dans le BTP, l’association Bâtiment CFA Bourgogne-France-Comté a ainsi ouvert la voie. « Nous avons travaillé avec eux sur la méthodologie et la formation du personnel », explique Christelle Soulard.

Il vous reste 37.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.