En Espagne, le retour de la pointeuse au travail

Les entreprises dénoncent les effets de la mesure sur la flexibilité de l’emploi.

Dans plusieurs petites entreprises, c’est une simple feuille de papier sur laquelle les salariés  marquent leurs heures de travail. Dans les plus grandes, le système est informatisé, avec badge, code-barres, l’utilisation d’une application de téléphonie mobile ou simple déblocage de l’ordinateur ou de la caisse enregistreuse. Chaque entreprise doit adopter la procédure en accord avec les syndicats, s’il y en a. Aucune ne peut s’y soustraire depuis le 12 mai et l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi en Espagne, qui a marqué le retour de la pointeuse sur les lieux de travail. Et ses premiers conséquences semblent se faire sentir.

Depuis 2013, les heures supplémentaires ont augmenter d’une façon spectaculaire en Espagne. En 2018, les Espagnols en ont fait 166 millions rétribuées , selon l’Institut national de statistiques . Un record depuis 2009, qui s’élève même à 330 millions, si l’on y ajoute les heures supplémentaires illégales, non payées. Mais, au deuxième trimestre, la courbe s’est inversée brutalement. d’après l’INE, les heures supplémentaires rémunérées ont baissé de 12 % par rapport au deuxième trimestre 2018, soit 800 000 en moins et celles qui ne sont pas payées ont reculé de 2,5 %, soit 80 000 en moins.

Saluée par les syndicats, l’acte du gouvernement socialiste a pour objectif de lutter contre les heures supplémentaires illégales, non payées ou rémunérées au noir, surtout fréquentes dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme, et d’augmenter les recettes de la Sécurité sociale. Son objectif est aussi de pousser les entreprises en sous-effectif à embaucher plutôt que d’abuser des heures supplémentaires rémunérées, lesquelles sont en théorie limitée à 80 par an. Il s’agit, enfin, d’éviter une trop forte pression sur les travailleurs, avec les risques de santé que cela entraîne, et de favoriser la conciliation entre vie de famille et travail.

« Un instrument rigide »

« Nous rencontrons beaucoup de réticences de la part des entreprises, mais les premiers chiffres montrent que nous allons dans la bonne direction », déclare le secrétaire de politique syndicale de l’Union générale du travail (UGT), Gonzalo Pino, tout en exigeant des amendes plus dissuasives que celles fixées par la loi, qui s’échelonnent de 626 à 6 250 euros en fonction de la taille de l’entreprise.

Du côté du patronat, au contraire, les critiques ne manquent pas. Alors que le coût du travail a connu une augmentation de 2,4 % au deuxième trimestre, la plus forte hausse en dix ans, selon les statistiques publiés mardi 17 septembre, en grande partie du fait de la hausse de 22 % du salaire minimum en vigueur depuis le 1er janvier, la Confédération espagnole des organisations d’entreprises (CEOE) critique les effets du retour de la pointeuse sur la flexibilité de l’emploi. « C’est un instrument rigide qui ne s’adapte pas aux nouvelles formes de travail, plus itinérantes, aux commerciaux, aux sous-traitants, au télétravail… », désire-t-on au département d’emploi de la CEOE, tout en soulignant qu’il est encore tôt pour savoir « si la réduction des heures supplémentaires est due à l’implantation du contrôle horaire ou si elle est la conséquence du ralentissement économique ou de l’augmentation du salaire minimum ».