Discrimination des personnes syndiquées au travail

L’engagement syndical a été un frein à l’évolution professionnelle pour 51 % des personnes exerçant ou ayant exercé une activité syndicale, selon un rapport du Défenseur des droits.

Près d’une personne sur deux se dit distinguer au cours de sa carrière professionnelle en France en raison de son accord syndical, selon le douzième baromètre sur les discriminations au travail du Défenseur des droits publié jeudi 19 septembre.

Ces résultats s’alliance sur deux études. L’une a été effectuée par l’institut Ipsos auprès de la population active (sur la base d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes). L’autre a été menée par le Défenseur des droits auprès de personnes syndiquées (délégués ou autres mandats, sans mandat) de 8 organisations : CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA, Solidaires, FSU. La totalité es 33 483 personnes ont répondu à un questionnaire en ligne.

Parmi les personnes syndiquées, 46 % estiment avoir été discriminées au cours de leur vie professionnelle (54 % des hommes, 38 % des femmes, 69 % des délégués syndicaux). Pour 51 % de personnes exerçant ou ayant exercé une activité syndicale, elle a été un limite pour leur évolution professionnelle.

Le fait d’avoir contribué à une grève, distribué des tracts, été inscrit sur une liste aux élections professionnelles, faire un stage de formation syndicale, participé à une négociation, détenu un mandat, accroît significativement la probabilité de déclarer une discrimination. Les militants « les plus investis dans une activité syndicale visible ont un risque trois fois plus élevé de rapporter une discrimination », selon le Défenseur des droits.

Peur des représailles

Il pointe un phénomène d’accumulation: « le fait d’être en situation de handicap, d’avoir un problème de santé chronique ou la charge d’une personne dépendante augmente le risque de déclarer une discrimination ». Un accroissement qui peut s’expliquer par « un risque d’absentéisme accru ». « Or, le fait d’exercer une activité syndicale est parfois assimilé par certains employeurs à de l’absentéisme et non à une forme de travail nécessaire au bon fonctionnement de l’organisation, ajoutant à la stigmatisation de l’engagement syndical. »

Plus globalement, près d’un actif sur trois (29 %) considère que les discriminations en raison de l’activité syndicale se fait souvent ou très souvent.

Pour la population active ou syndiquée, la peur des représailles est la première cause explicative du non-investissement des salariés dans l’activité syndicale. L’impression de ne pas être entendu par la direction, le manque d’information sur les fonctions et l’utilité des représentants, de même que le désintérêt pour le syndicalisme sont les autres causes avancées par les personnes interrogées pour expliquer un non-investissement syndical.

Dégradation des relations

Les perceptions évoluent selon le mandat syndical : les délégués syndicaux sont 61 % à affirmé que leur activité a été un frein dans l’évolution professionnelle, et 53 % un frein dans l’évolution de l’indemnité. Exercer un autre mandat semble être moins pénalisant.

Pour 25 % des candidats interrogés, leur accord syndical a été un facteur d’amélioration des relations avec leurs collègues, pour 13 % un facteur de dégradation. Pour 43 %, il a été un facteur de dégradation des relations avec la hiérarchie, pour 10 % un facteur d’amélioration.

Soixante pour cent des personnes consultées, titulaires d’un ou plusieurs mandats, déclarent que leur charge de travail n’a pas du tout ou plutôt pas été adaptée suite à la prise du dernier mandat (pour 40 % plutôt ou tout à fait adaptée).

Cette année, le Défenseur des droits a reçu 125 demandes pour discriminations syndicales dans l’emploi au premier semestre, contre 220 sur toute l’année 2018, portant surtout sur l’avancement des carrières.