Avec le déconfinement, le gouvernement espère une forte reprise économique

Une terrasse parisienne réouverte lors du premier déconfinement, le 23 juillet 2020.

Des terrasses bondées, des rues animées à la nuit tombée et des spectateurs euphoriques emplissant stades et salles de concerts : après un an de pandémie liée au Covid-19, les images du clip gouvernemental mis en ligne le week-end dernier pour égrener les étapes du déconfinement ont quelque chose d’irréel. A l’image de l’interview donnée par Emmanuel Macron à la presse régionale le 30 avril, elles reflètent la volonté de l’exécutif à passer à l’étape suivante dans la gestion de la crise sanitaire : vivre « avec » le virus. Alors que les chiffres de contaminations et de réanimation demeurent à un niveau élevé, et que les Français oscillent entre lassitude et colère, il s’agit de montrer que le pays doit, et peut, repartir de l’avant, notamment sur le plan économique et social.

« A partir du 19 mai, des étapes successives vont nous conduire ensemble à définir un nouveau modèle de croissance et de prospérité », a martelé Emmanuel Macron samedi 1er mai. « Nous avons fait le choix de la visibilité pour les Français », a renchéri le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, lundi 3 mai sur RTL, interrogé pour savoir si le gouvernement privilégiait l’économie sur le sanitaire. Alors que les commerces doivent rouvrir sur tout le territoire le 19 mai, et les salles de restaurant ou de sport le 9 juin, à Bercy, aussi, on veut y croire. Dès lundi, M. Le Maire a précisé que les restaurants et les cafés, les entreprises de la culture ou de l’événementiel qui vont rouvrir partiellement continueront d’être éligibles en juin au fonds de solidarité, même si leurs pertes de chiffre d’affaires sont inférieures à 50 %. Une manière d’encourager la reprise dans des secteurs qui ne vont pas pouvoir redémarrer d’emblée à plein régime.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bruno Le Maire veut accélérer le plan de relance pour atteindre les 6 % de croissance en 2021

La légère croissance de 0,4 % du produit intérieur brut (PIB) enregistrée au premier trimestre, est un indicateur avancé de la résistance de l’économie, souligne-t-on. « Le boom de croissance a déjà commencé, a encore indiqué M. Le Maire lundi. Les entrepreneurs ont repris à bras-le-corps l’activité, certains secteurs industriels ont très bien repris – bâtiments, travaux publics – et le plan de relance fonctionne. Nous sommes sur la bonne voie. Ma conviction profonde, c’est que dès que nous aurons levé les restrictions sanitaires, la France surprendra par la vigueur de sa croissance », a encore assuré Bruno Le Maire, en réitérant sa prévision de 5 % de croissance sur l’année.

Un effet « août 1944 »?

Il vous reste 62.05% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.