A la recherche du premier emploi : un boulot à part entière !

Dans un contexte un peut délicat, seuls les jeunes diplômés les mieux préparés trouveront un embauche. Conseils pour sortir du lot.

Pour décrocher un premier emploi, il faudra donc se distinguer de la foule des candidats. Comment ? En consolidant chacune des étapes de sa quête du premier emploi. « La recherche d’emploi, pour un jeune diplômé, c’est un travail en soi », assure à ce propos Jean-Marc Mickeler, responsable de la marque employeur du cabinet d’audit et de conseil Deloitte. En premier lieu, souvent « zappée » par les jeunes diplômés pressés de signer leur premier contrat de travail, la phase de réflexion préparatoire à l’envoi de candidatures. « Il est pourtant essentiel d’avoir identifié ses compétences et d’avoir fait le point sur ses buts », assure Jean-Marc Mickeler. C’est en effet le seul moyen d’envoyer des candidatures bien visées ne ressemblant pas à des bouteilles à la mer

« Rencontrer des membres de l’équipe que l’on souhaite incorporer, c’est une preuve de motivation »

Pour le CV et la lettre, c’est le zéro défaut qui doit être visé. Un objectif accessible en les faisant relire par son entourage avant leur envoi. « Moins de 10% des lettres sont sans faute d’orthographe ou de grammaire », remarque Jean-Marc Mickeler. Faire exception dans ce domaine, c’est donc un moyen facile de sortir de la partie…

Autre option : garnir sa candidature de documents annexes. « Pourquoi ne pas fournir en annexe de son CV des fiches projet présentant de manière synthétique le contenu de ses stages et les principales compétences mises en œuvre à cette occasion? » propose par exemple Didier Pitelet. Les postes à pourvoir étant plus rares, la plupart des chargés de recrutement auront en effet davantage de temps à consacrer à l’examen des candidatures. Quitte, d’ailleurs, à aller naviguer sur le Web en quête d’informations complémentaires, ce qu’ils n’ont pas forcément le temps de faire en temps normal. « D’où l’intérêt d’avoir peaufiné son identité numérique », rappelle Didier Pitelet. Ce qui passe notamment par le fait d’avoir des profils à jour sur les réseaux sociaux ou, mieux, d’apparaître comme un contributeur régulier sur des forums ou des groupes en lien avec sa future profession.

Et lorsque se profile un entretien ? Là encore, la préparation fait toute la différence. « C’est essentiel pour donner une image professionnelle de soi, assure Stéphane Dahan, directeur du développement ressources humaines Alten. Préparer une réunion, un rendez-vous avec son manageur ou un client, c’est le quotidien de beaucoup de salariés. » Montrer que l’on maîtrise cet aspect-là du monde du travail, c’est donc une manière de marquer des points.

Faire preuve d’initiative peut aussi se révéler payant. « Demander à rencontrer des membres de l’équipe que l’on souhaite intégrer, c’est une preuve supplémentaire de motivation », souligne Stéphane Dahan. Quant au mail de remerciement à envoyer quelques heures après la rencontre, il constitue une bonne occasion de rappeler sa motivation. Et, si nécessaire, de mettre en avant des atouts qui n’auraient pas été évoqués lors de l’entretien.