Tous les articles par dans LJD

La semaine pour l’emploi

Le service emploi-insertion aménage avec l’appui et le soutien des partenaires de l’emploi, de la formation et de la création d’entreprise une semaine pour l’emploi du 24 au 28 septembre. Divers ateliers et rencontres sont proposés durant toute la semaine :

Lundi 24, 9h-12h : atelier «Droits et devoirs du demandeur d’emploi animé par Pôle Emploi.14h-17h : meeting d’information sur la formation professionnelle co-animée par Pole Emploi et la Région.

Mardi 25,  9h-12h : atelier «CV/Lettre de motivation assuré par le service emploi. 14h-17h : atelier «préparation à l’entretien d’embauche avec vidéo» animé par la Mission Locale.

Mercredi 26,  9h-12h : atelier «Focus compétences» animé par Pôle Emploi. 14h-17h : atelier «Simulation d’entretien basée sur la valorisation des compétences «animé par Pôle Emploi. Inscription obligatoire aux ateliers et réunions d’information

Jeudi 27- salle des fêtes de Grenade 9h-12h30 : forum de l’emploi

Espaces entreprises locales/organismes de formation/partenaires de l’emploi/agences intérim. Accès libre-Tous secteurs d’activité-recrutement sur place.

Amener son CV. 14h-16h : Conférence sur la création d’entreprise assurée par le Pôle Emploi et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Inscription souhaitée par mail.

Espace des platanes — 10A Allées Alsace-Lorraine 31330 Grenade — 05 62 79 17 39. emploi@hautstolosans.fr

En matière d’emplois, la robotisation creuse les écarts régionaux

Le premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, en visite chez Dassault Systèmes à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le 20 septembre.

Dans son nouvel essai, le célèbre historien Yuval Noah Harari en parle comme du prochain grand défi de nos sociétés. L’intelligence artificielle et le big data ont déjà commencé à bouleverser nos industries et nos emplois dans des proportions sans commune mesure avec les précédentes révolutions industrielles.

Aujourd’hui, 71 % des heures de travail sont réalisées par les humains, contre 29 % par les machines, selon une étude publiée lundi 17 septembre par le Forum économique mondial, la fondation organisant le Forum de Davos, en Suisse. Mais le poids des machines devrait grimper à 42 % en 2022.

En première ligne : les emplois peu qualifiés (chauffeurs, préparateurs alimentaires, opérateurs de machine…) ; 75 millions d’emplois devraient être détruits d’ici à quatre ans, estiment les auteurs. Avant de rassurer : 133 millions de nouveaux jobs seront également créés grâce à cette nouvelle division du travail entre hommes, machines et algorithmes, selon la théorie de la destruction créatrice de l’économiste Joseph Schumpeter (1883-1950).

Le sud et l’est de l’Europe plus exposés

Si les études plus ou moins alarmistes sur le sujet ne manquent pas, peu se sont encore penchées en profondeur sur sa dimension régionale. C’est ce que vient de faire l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans un rapport dévoilé mercredi 19 septembre.

Dans l’ensemble des pays de l’OCDE, 14 % des emplois risquent d’être automatisés, tandis que 32 % sont susceptibles d’être profondément modifiés. Sans surprise, les pays les plus exposés sont en Europe du sud et de l’est, tandis que l’Europe du nord est davantage protégée. Le détail par région est plus éclairant encore, et vertigineux : la proportion des emplois menacés grimpe jusqu’à 40 % en Slovaquie occidentale, tandis qu’elle est de 4 % seulement autour d’Oslo, la capitale norvégienne.

A l’intérieur des frontières, c’est en Espagne que les divergences sont les plus…

Non, il n’y a pas de « pics de contrats aidés » juste avant les élections

Réduction de la voilure. « Nous avons décidé de changer de pied sur cette question des contrats aidés », a annoncé, jeudi 20 septembre, le premier ministre, Edouard Philippe, sur France Inter. Le gouvernement ne financera en 2019 qu’environ 130 000 contrats aidés, contre 200 000 budgétés en 2018, alors qu’il y en avait plus de 320 000 en 2017.


Il faut dire que le chef du gouvernement a une dent contre ce dispositif. Il avait déjà affirmé – à tort, comme nous l’avions déjà écrit en 2017 – que les trois quarts des contrats aidés n’aboutissaient à rien.

Argument avancé cette fois : le détournement électoraliste du dispositif. Selon le premier ministre, les contrats aidés seraient une mesure destinée à améliorer le bilan économique avant les scrutins électoraux.

Ce qu’il a dit

« Il y avait de très forts pics de contrats aidés en général une année avant des élections majeures. On voit bien pourquoi : ça n’avait pas grand-chose à voir avec l’activité, ça avait beaucoup à voir avec la présentation des chiffres. »

POURQUOI C’EST FAUX

Difficile de corroborer cette assertion dans la mesure où on ne constate pas de flambée des bénéficiaires un an avant une élection. Le pic le plus net remonte à 2010, au moment des élections régionales, mais cela n’a pas d’intérêt électoral très notable, puisque les contrats aidés sont financés quasi exclusivement par l’Etat et gérés par les préfets, qui délivrent les prescriptions, et non par les élus locaux.

En fait, la hausse de 2010 est plutôt liée à la conjoncture : le président Nicolas Sarkozy, très critique sur ce dispositif lors de son élection en 2007, avait changé son fusil d’épaule après la crise économique, vantant les mérites des emplois… leur faisant même faire un bond inédit l’année suivante.


Il y a certes une montée en puissance des contrats aidés entre 2012 et 2016, mais elle correspond davantage à une tentative du candidat Hollande d’inverser la courbe du chômage qu’à un changement de braquet visant à s’assurer des voix dans les derniers moments de la campagne.

Terminer sur un bilan positif

En revanche, il n’est pas improbable qu’une équipe cherche à utiliser au maximum les crédits alloués aux contrats aidés (donc déjà avalisés par la loi de finances) avant une élection, pour terminer sur un bilan positif : c’est ce qu’a découvert Muriel Pénicaud quand elle a pris la suite de Myriam El Khomri au ministère du travail.

Lire aussi :   Emplois aidés : la mauvaise surprise de la nouvelle ministre Muriel Pénicaud

Dans tous les cas (Balladur en 1993, Sarkozy en 2012, Hollande en 2017…), les emplois aidés ne font pas gagner une élection. Mais ils constituent des objets de tentation pour jouer sur les chiffres du chômage. Reste à savoir si le gouvernement actuel tiendra son cap et ne reviendra pas sur cette orientation en 2022.

IA : les robots vont restituer la moitié des postes de travail d’ici 2025

L’IA et les robots pourraient prendre plus de la moitié des postes d’emplois dans le monde d’ici 2025. C’est ce qu’explique un nouveau rapport du World Economic Forum.

Depuis plusieurs années, les experts tirent la sonnette d’alarme. Les robots risquent de voler notre travail. Ce n’est pas nouveau, et nous nous y sommes habitués. Tant pis, nous verrons bien le moment venu.

Malheureusement, ça semble se rapprocher de plus en plus vite au fil des avancées technologiques. Alors que l’on prédisait jusqu’à présent une crise du travail liée à l’IA pour les années 2050, le World Economic Forum évoque aujourd’hui un futur bien plus proche.

Selon le rapport récemment publié par le WEF, les robots pourraient accaparer 52% des emplois actuels… dès 2025. En conséquence, près de 75 millions de personnes seraient ” déplacées ” de leur lieu de travail.

Les secteurs les plus fragiles à ce remplacement par l’IA seraient la comptabilité, la gestion de client, les métiers d’employés de poste, de secrétaire ou encore les fonctions industrielles. Parmi les industries les plus menacées, il y a l’aviation et le tourisme.

L’IA va aussi créer 133 millions de nouveaux postes de travail

Par contre, les secteurs dans lesquels des compétences humaines sont nécessaires seront épargnés. C’est par exemple le cas du marketing, du service client, du e-commerce ou des réseaux sociaux. Ces secteurs devraient d’ailleurs connaître une grande hausse de la demande.

Autre bonne nouvelle : le WEF estime également que les avancées rapides dans le domaine des technologies informatiques entraineront la création de 133 millions de nouveaux emplois entre 2018 et 2022. Ainsi, le rapport se résume en invitant les travailleurs des secteurs menacés à se reconvertir dans des domaines nécessitant des qualités comme la créativité, l’esprit critique ou la persuasion. Autant de compétences qui resteront l’apanage des humains, du moins quelques années de plus…

Le Président et l’horticulteur : « Il faut écouter ceux qui parlent, si on veut en être écouté »

Tribune. « Je traverse la rue, je vous en trouve [un emploi]» Depuis ce dimanche 16 septembre, la polémique au sujet de la petite phrase d’Emmanuel Macron déferle sur la place publique. Mais il semble bien que le propos du président, tout comme les commentaires qu’il a suscités, soit passé à côté du problème soulevé par le jeune horticulteur. Relisons avec attention l’échange filmé dans les jardins de l’Elysée.

Si tous les observateurs, président en tête, ont retenu que le jeune avait envoyé des CV partout sans résultat, personne n’a relevé qu’il visait un poste dans une mairie

Le jeune : « J’ai beau envoyer des CV et des lettres de motivation, ça ne fait rien. » Le président : « Et vous voulez travailler dans quel secteur ? » Le jeune : « Je suis horticole [sic]. J’ai envoyé [des CV] partout dans les mairies et ils ne prennent pas. » Le président : « Si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie et les cafés, la restauration, dans le bâtiment, il n’y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu’ils cherchent des gens… »

Si tous les observateurs, président en tête, ont retenu que le jeune avait envoyé des CV partout sans résultat, personne n’a relevé qu’il visait un poste dans une mairie. Cette précision est pourtant capitale. Car la difficulté de ce jeune demandeur d’emploi n’est pas tant le fait qu’il soit dans un secteur où l’emploi est faible que la nature de l’employeur visé. En période de disette budgétaire, il est en effet très probable que les budgets des mairies destinés à l’entretien des espaces verts connaissent des coupes sombres, entraînant de facto une limitation du nombre des recrutements des jardiniers et autres horticulteurs.

Manque d’écoute

Si le président Macron avait fait preuve d’écoute plutôt que de rebondir immédiatement sur cette interpellation pour chercher à convaincre du bien-fondé de sa politique, sa réponse aurait…

Seuils sociaux : Les « cocasseries » de la loi Pacte

Tendances France. Le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, ou loi Pacte, dont l’examen a commencé au Parlement, comporte une multitude de mesures, de l’habilitation de la presse en ligne à publier des annonces légales à l’extension des autorisations de test des véhicules autonomes. L’article 6 est le plus emblématique.

L’idée que les seuils sont un frein à l’emploi est venue d’anomalies dans la distribution par taille des entreprises selon les données fiscales

Il modifie substantiellement les seuils sociaux : les obligations des entreprises et les droits des salariés vont en effet croissant avec la taille des entreprises par de multiples paliers, aujourd’hui essentiellement onze, vingt et cinquante salariés. La loi supprimerait le seuil de vingt salariés et considérerait qu’un seuil n’est franchi que si l’effectif le dépasse pendant cinq années consécutives.

Cohérent avec l’exposé des motifs du projet, le dossier de presse fourni par le ministère de l’économie précise qu’il s’agit de répondre à « un problème : les seuils sont un frein à l’emploi ». Pourtant, la lettre Trésor-éco n° 226, publiée le 5 septembre par la direction du Trésor au sujet de la loi Pacte, observe prudemment que « le relèvement des seuils d’effectifs pourrait [faciliter] la croissance des entreprises, effet sur lequel la littérature n’est cependant pas conclusive ». Alors, qui croire au sein du ministère ?

L’idée que les seuils sont un frein à l’emploi est venue d’anomalies dans la distribution par taille des entreprises selon les données fiscales. Le phénomène est très net autour du seuil de cinquante : on observe une surreprésentation d’entreprises de quarante-huit ou quarante-neuf salariés et, en revanche, un déficit d’entreprises de cinquante ou cinquante et un salariés. L’explication naturelle est que le franchissement du seuil entraîne de tels surcoûts que de nombreuses…

Parcoursup : retour sur une réforme explosive

Mettre fin au tirage au sort. Faire place au mérite. La « révolution de l’éducation »  voulue par le président Macron s’est heurtée aux effets pervers de Parcoursup, la nouvelle plate-forme d’inscription à l’université, et à l’incompréhension des élèves.

2008-2018 : les salariés se sentent mieux qu’il y a dix ans

2008 : crise financière et mal-être au travail font la une des journaux. Dix ans après, les salariés se sentent mieux, révèle Malakoff Médéric. A l’occasion de la publication, jeudi 20 septembre, de son dixième baromètre annuel sur la santé et qualité de vie au travail des salariés, réalisé auprès de quelques 3500 salariés du secteur privé, le mutualiste dresse un panorama de l’évolution de l’environnement de travail, marquée par un retour de la confiance mais aussi par l’apparition de nouveaux risques de santé. « Dix ans de transformation de la société, avec une population qui vieillit, une hausse du poids des services et des changements technologiques considérables ont augmenté certains facteurs de risques et en ont réduit d’autres », commente Anne-Sophie Godon, directrice innovation de Malakoff Médéric, qui note d’ « indéniables facteurs de progrès ».

52 % des salariés affirment se sentir mieux dans leur travail qu’il y a dix ans. Moins d’un sur deux (48%) jugent désormais leur travail physiquement fatiguant (contre 54 % en 2009). Le nombre de ceux qui déclarent effectuer des gestes répétitifs, tenir des postures pénibles et porter des charges lourdes dans leur travail a baissé. Le mieux-être exprimé par les salariés dans le baromètre annuel s’accompagne d’un intérêt croissant pour leur santé (74 % contre 68% en 2009).

En 2018, le baromètre de la confiance aussi est au beau fixe : 73 % des salariés interrogés se disent confiants dans leur avenir professionnel à trois ans, contre 64 % en 2012 (la première année où cette question a été posée). Ils semblent même sourds aux prédictions des Cassandre sur les conséquences des transformations numériques sur l’emploi. Ils se sont, pour la première fois dans ce baromètre, exprimés sur leur confiance à long terme : 79 % des moins de trente ans et 77 % des cadres se déclarent confiants face aux innovations technologiques qui vont impacter le monde du travail d’ici dix…

Reconnaître la « valeur travail » ce n’est pas accepter n’importe quel emploi

« En France – et particulièrement en France – on cherche dans le travail une source d’épanouissement, d’accomplissement ».

Tribune. La suggestion faite par Emmanuel Macron à un jeune chômeur, samedi 15 septembre, de « traverser la rue » pour trouver un emploi a bien évidemment fait polémique, mais celle-ci a surtout consisté à vérifier la disponibilité de ces emplois : confirmation, par les tests de certains médias, que le secteur de la restauration-hôtellerie recrute, contestation, par les adversaires du président de la République, de la réalité des emplois non pourvus et de leur accessibilité.

Pourtant, réduire cette polémique à la seule vérification des opportunités d’embauche résulte d’un malentendu sur la réalité de notre rapport complexe au travail. Ce qui se cache derrière ce débat, c’est une tension, au sein de la société française, entre deux logiques : une injonction collective selon laquelle un chômeur doit saisir toute opportunité de travailler, et une aspiration individuelle à vouloir choisir son travail.

La première est très présente. Elle explique que près des trois quarts des Français adhèrent à l’idée de sanctionner d’une manière ou d’une autre les chômeurs qui refusent plusieurs propositions d’emploi. Il s’agit d’une norme collective très fortement installée. Constatant que le fait d’avoir ou de ne pas avoir un travail est un facteur discriminant au sein de notre collectif, nous estimons que le non-emploi est une situation à laquelle il faut s’efforcer d’échapper le plus rapidement possible.

Lorsque nous entendons qu’il y a des emplois non pourvus dans l’hôtellerie et la restauration, nous nous disons « Mais que font les chômeurs ? », et rarement « Mais pourquoi n’augmentent-ils pas les salaires dans ces métiers ? » La prégnance de cette conception est telle que les affirmations selon lesquelles la valeur travail serait en crise apparaissent douteuses.

Tout le monde ne peut pas s’épanouir dans tout métier

Cependant, cette injonction collective à travailler coûte que coûte cohabite avec une réalité non moins…