Recherche d’emploi : quatre sites pour ne pas se perdre

COLCANOPA

Annonces éparpillées ou dupliquées sur des dizaines de sites ou d’applications, réponses formatées ou inexistantes… Dans cette jungle, il existe des sites important, avec de gros volumes d’annonces publiées : Indeed, RégionsJob, Monster, Cadremploi… Mais ces plates-formes bien connues des candidats peuvent leur donner l’impression de se noyer dans la masse. A l’heure où l’on postule en deux clics et où l’on attend devant son ordinateur de voir ses ambitions triées par un algorithme, voici quatre outils numériques qui sortent du lot.

Ici, on vous annonce la couleur : on vous promet de trouver « la tribu qui vous correspond ». Sur la page d’accueil figure des photos d’open spaces colorés, de bureaux envahis de plantes vertes, de jeunes cadres en train de prendre la pose, tout sourire. Dans quelques semaines c’est vous que l’on apercevra sur l’image !, semble vous dire ce site.

La plate-forme se réuni des offres d’emploi dans 1 900 entreprises répertoriées, dont de plusieurs start-up, mais aussi dans des grands groupes, des agences, des studios de création, des associations, des ONG…

On y trouve surtout des informations sur les sociétés qui offrent des emplois, avec photos des lieux à l’appui. Car pour Welcome to the Jungle, tout est une question de codes, d’image, de « feeling ». Les locaux attrayants sont des atouts stratégiques des recruteurs, tout comme les employés qui y travaillent. Vous disposez aussi d’informations pour préparer un éventuel entretien : l’année de création de l’entreprise, le nombre de collaborateurs, la parité, l’âge moyen, le taux de turnover. Si vous chercher, vous pouvez aussi lire des mini-biographies de certains salariés.

Pour améliorer ses chances d’être pri, Welcome to the Jungle se propose de répondre à vos questions, par des articles, événements, vidéos, podcasts ou son magazine. Si vous séchez dans l’écriture d’une lettre de motivation, ses conseils vous rafraîchiront la mémoire.

Tout est dit dans l’intitulé de cette plate-forme. Sur ce site, vous ne trouverez que des offres à contre-courant (quand beaucoup se dirigent vers le plus grand quartier d’affaires européen, vous êtes ailleurs). Si vous êtes arrivé sur Fuyons La Défense, c’est que vous envisagez une reconversion, ou du moins une évolution vers le social, l’humanitaire, le développement durable, l’associatif…

En fonction de vos réponses et de vos critères, vous orientez votre recherche d’emploi. Après plusieurs clics, une offre s’affiche. « Tu vas pouvoir découvrir la thématique des déchets organiques et de l’économie circulaire », assure l’offre intitulée « Chargé.e de mission marketing et communication chez Future of Waste ».

Le blog associé à Fuyons La Défense permet aussi de faire connaissance avec des « reconvertis ». Delphine, Simon ou Camille partagent leur expérience, reviennent sur « leur vie avant », évoquent « l’élément déclencheur » et font le point sur « aujourd’hui ». Sans surprise, Simon confie : « Je sais qui je suis, je sais ce que je veux, et je suis beaucoup mieux dans mes baskets ». Seul hic de Fuyons La Défense : le faible volume d’annonces publiées chaque jour.

Bruce, pour les plus mobiles

L’application mobile développée par la start-up Bruce, destinée initialement au travail intérimaire et aux CDD, s’est étendue à des offres plus larges. Mais l’esprit initial reste le même : trouver un job (une « mission ») de longue ou courte durée en quelques clics sur son smartphone, proche de chez soi et selon ses disponibilités horaires, rapidement. On entre dans l’application ses contraintes d’emploi du temps, son expérience et ses diplômes, le secteur recherché, et l’application propose une série d’emplois adaptés à son CV ou ne nécessitant pas de qualifications particulières, avec à chaque fois le salaire associé.

Bruce peut vous proposer des offres aussi différentes qu’un poste d’acheteur industriel en CDI que de secrétaire dans une entreprise « à 18 kilomètres » de votre géolocalisation, ou d’animateur de vente pour deux jours dans un supermarché. Un système de tchat permet de poser des questions en direct à l’équipe de Bruce, qui promet que son algorithme affine, au fil du temps, les propositions de « missions ». On postule en ligne et on reçoit une alerte en cas de réponse positive. Pour maximiser ses chances, Bruce propose de vous faire enregistrer un entretien d’embauche type en vidéo, qui sera disponible pour les recruteurs. On peut aussi paramétrer des alertes pour recevoir une notification dès qu’une annonce correspondant à ses critères est publiée.

La Relève, pour les étudiants et jeunes diplômés

Que vous soyez à la recherche d’un stage, d’une alternance ou d’un CDI, La Relève se présente comme un « cabinet de recrutement » en ligne pour les étudiants et les jeunes diplômés qui visent en premier lieu des start-up ou des PME.

Une fois l’inscription validée sur le site, un consultant vous appelle. La conversation porte essentiellement sur votre parcours, votre recherche et vos attentes. La Relève s’engage alors à envoyer des offres « parfaitement adaptées » à votre profil. En plus de ce service, vous êtes libre d’éplucher les offres publiées sur le site.

Vous pouvez ensuite y postuler. Dès lors, La Relève effectue un premier tri. Chasseurs de têtes d’une nouvelle ère, ses consultants organisent un entretien de préqualification, et vérifient votre background. La Relève a développé son outil numérique baptisé Le Vrai du Faux, permettant de solliciter en ligne des « références » auprès d’anciens employeurs d’un candidat.

Une fois ces étapes franchies, les candidats pourront être mis en relation avec l’une des 800 entreprises visibles sur le site (depuis 2014). Chaque année, le cabinet de recrutement réalise une étude sur la gratification des stages, un bon indicateur si l’on souhaite négocier son salaire.