Quand le maire de Chartres refuse 2 000 emplois

La cathédrale de Chartres (Eure-et-Loir), en février 2017.

L’affaire a de quoi surprendre, alors que l’emploi figure en tête des préoccupations des élus locaux. Elle remonte au printemps mais vient d’être portée sur la place publique par Jean-Pierre Gorges, maire sans étiquette de Chartres (Eure-et-Loir).

L’ancien élu Les Républicains, qui est aussi président de Chartres Métropole, a révélé, mercredi 7 novembre, à un parterre de chefs d’entreprise qu’il avait rejeté l’offre d’implantation d’une plate-forme logistique au printemps 2018. Le nom du porteur du projet n’a pas été communiqué. L’offre en question portait pourtant sur la création de 2 000 emplois sur un site de 20 hectares dans une ville où le taux de chômage atteint 9 %.

Le groupe en question envisageait de s’installer sur un terrain situé dans la zone d’activité du Jardin d’entreprises, au nord-est de Chartres, à faible distance d’un accès à l’autoroute A 11, de la RN 10 et d’une sortie possible de la future A 154, dont la mise en service pourrait intervenir en 2022. La ville préfecture d’Eure-et-Loir se trouve à un nœud routier reliant la Normandie à l’Ouest et au Sud-Ouest de la France. Ceci à 85 kilomètres de Paris.

« Je veux stimuler un développement endogène »

Pour justifier son choix qui peut étonner dans une agglomération dont nombre d’habitants vont travailler à Paris, l’élu a fait référence aux nuisances causées par la circulation de 50 000 poids lourds par mois, à l’équilibre sociologique de sa ville et à la fragilité du type de créations d’emplois envisagées.

« J’aurais dit oui si j’étais à la recherche d’un coup, pour pouvoir dire : regardez, je viens de créer 2 000 emplois ! Je préfère raisonner en pensant à la démographie et à la sociologie de Chartres. J’ai envie de vivre dans une ville où il y a une vraie mixité sociale (…), et je veux stimuler un développement endogène. A Chartres, on s’occupe d’abord des entreprises qui sont en place et qui se développent », a expliqué le maire, assurant que les 2 000 créations de postes envisagées portaient sur des « emplois non qualifiés, faiblement payés et travaillant en 3×8. » Et l’édile ajoute : « Nous avons connu ce type de situation dans le département. Dreux a profité pendant longtemps de créations importantes de ce type d’emplois dans l’automobile, puis par Philips. Aujourd’hui, les entreprises se sont toutes retirées. Et Dreux qui était en avance, vit maintenant une crise de l’emploi. »

Le maire de Chartres estime que les postes de travail en jeu risquaient fort, à moyen terme, d’être laminés par l’automatisation. C’est cette perception de l’économie et du développement qu’il a exposée, mercredi, à 450 chefs d’entreprise réunis dans le cadre de ses échanges avec les milieux économiques. Il n’a pas craint de dire que s’il n’avait pas été sûr de cette orientation, il n’aurait pas pris la décision de se présenter aux élections municipales de 2020 pour briguer un quatrième mandat. « C’est un choix politique. Je pense à Chartres dans quarante ou cinquante ans ! »

Dreux était prête à sauter sur l’occasion

Mais ce qui n’est pas jugé opportun en terre beauceronne peut sembler attractif plus au nord du département. Maire LR de Dreux, en poste depuis 1995, Gérard Hamel ne cache pas qu’il était prêt à sauter sur l’occasion quand il a eu connaissance du projet de plate-forme logistique. « C’était lors d’un repas, il y a six mois, après avoir expliqué pourquoi il ne donnait pas suite, Jean-Pierre Gorges m’a demandé si ça m’intéressait. Je me suis rapproché des services du comité de développement économique de la région où je siège pour monter un dossier. Ils avaient déjà connaissance de ce projet. Mon équipe a proposé un terrain de 24 hectares. Notre proposition a été transmise, mais pas retenue », déplore l’édile.

Le taux de chômage est de 13 % à Dreux. Entre 2008 et 2013, les bassins d’emploi des deux villes ont perdu 16 000 postes. Elles échangent près de 7 000 navetteurs chaque jour.

Plus de 13 000 résidents de la zone d’emploi de Dreux vont travailler quotidiennement dans les zones d’emploi de Paris et des Yvelines. Ils sont 25 000 à faire de même depuis la région de Chartres. L’histoire ne dit pas ce qu’ils pensent de l’initiative de M. Gorges…