Planète Mars : un jeune français diplômé de l’école d’ingénieur de Bordeaux en mission martienne

Le jeune ingénieur Patrick Fleith diplômé de l’école de Bordeaux INP, sur le campus de Talence, a commencé une mission pendant lesquels il va être confiné dans une base scientifique de Pologne pour simuler un voyage sur Mars.

Sa mission est simple : préparer un futur voyage sur la planète Mars. Elle a duré 14 jours dans la base LUNARES de Pologne. « Ça va nous permettre de tester des procédures utiles aux futurs astronautes qui iront sur mars », explique l’ancien étudiant de Talence, Patrick Fleith, l’un des six astronautes analogues engagés. Ils sont tous sont ingénieurs et viennent des quatre coins de notre Terre.

Pendant, ces deux semaines, les ingénieurs ont fait comme s’ils étaient sur la planète rouge située à 228 millions de kilomètres de la Terre. « Toutes les communications avec l’extérieur, avec la famille ou les scientifiques qui veulent faire une expérience, prendront 40 minutes aller/retour », explique le diplômé Bordeaux INP, Patrick Fleith. Ce n’est pourtant pas ce qui l’effraie le plus. « C’est plutôt le fait de vivre dans un petit environnement avec les mêmes personnes constamment, dit-il. Ça m’arrive d’être solitaire et d’avoir envie de mon propre espace. »

A bord de la réplique de la station martienne, Patrick Fleith trouvera à s’occuper. Cet ingénieur en propulsion spatiale jouera le rôle de « Environmental Control ans Life-Support systems Officer ». Il sera en fait responsable de la survie de l’équipage.  Sa tâche sera d’évaluer « combien d’énergie » l’équipe consomme. Il devra aussi veiller à la quantité d’eau utilisée car les ressources seront limitées.

On aura le droit qu’à quelques minutes d’eau pour la douche par semaine.

L’ingénieur a développé cette passion pour l’aérospatial en étudiant à Talence et allant au cinéma. « J’aime beaucoup le film Seul sur Mars par exemple, sourit-il. Maintenant je veux montrer aux gens comment on passe à la pratique et essayer de passer à l’action. » Il rêve d’intégrer l’agence spatiale européenne, comme un certain Thomas Pesquet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *