Seuls moins de 50% des jeunes diplômés veulent travailler dans une grande entreprise

Les jeunes diplômés français ne plébiscitent pas les grandes entreprises pour leur carrière, mais changent d’avis après quelques années d’expérience professionnelle.

Jeune diplômé de la génération Z recherche emploi… mais pas forcément dans un grand groupe. Selon une étude récente publiée par Accenture Strategy, seuls 25 % des jeunes diplômés en 2017 veulent travailler dans une grande entreprise. Néanmoins, après 1 à 2 ans d’expérience, les grandes entreprises se révèlent beaucoup plus attirantes. Ils sont alors 33 % à vouloir y travailler. Au contraire, s’ils sont pratiquement le même nombre (24 %) à préférer les PME, avec l’expérience les moyennes entreprises plaisent moins. Ils ne sont plus que 18 % à les préférer. C’est le même phénomène pour les petites entreprises et les start-up. Elles attirent 12 % des jeunes diplômés en 2017, mais plus que 9 % des diplômés en 2015 et 2016.

Les jeunes diplômés sont fonctionnels et confiants

Les employés nés après 1993 (génération Z) font preuve de pragmatisme. Mieux encore, ils anticipent la suite de leur carrière. 72 % d’entre eux ont le sentiment d’être surqualifiés pour leur premier poste. Résultat, ils ne sont que 23 % des jeunes diplômés d’université et 12 % des jeunes diplômés de grandes écoles (ingénieurs et commerce) à imaginer rester plus de 5 ans dans leur premier emploi. Point positif, ces jeunes se montrent optimistes sur leur futur professionnel.
Pour gérer leur carrière, les jeunes ne manquent pas d’ambition. 79 % des jeunes interrogés espèrent obtenir un premier salaire annuel supérieur à 25 000 euros. Les jeunes diplômés sont même 77 % à estimer qu’ils trouveront un travail dans les 6 mois qui suivront leur remise de diplôme. Et c’est d’ailleurs ce qu’ils se passent pour les jeunes diplômés des grandes écoles, selon la dernière étude d’insertion de la Conférence des Grandes Écoles qui établit que 86,5 % de leurs diplômés ont trouvé un poste stable en 6 mois.

Un bon milieu de travail peut faire la différence

Les études, pour quoi faire ? Certainement pas pour se retrouver sans emploi. 91 % des jeunes diplômés en 2017 ont pris connaissance des débouchés de leur filière avant d’entamer leur cursus. Conscients des réalités économiques, 84 % d’entre eux se montrent même prêts à déménager pour le travail dans une autre ville, voire dans une autre région. En retour, ils attendent de leur employeur qu’il continue à les former (83 %). Notez que l’implication dans la formation professionnelle est une caractéristique des grands groupes.
À rémunération inférieure, un environnement épanouissant et collaboratif peut faire la différence (55 %) quand il s’agit de postuler. Les jeunes diplômés cherchent un travail intéressant (29 %), un environnement innovant (24 %) et des perspectives de progression rapides (24 %). Les jeunes diplômés veulent un équilibre entre vie privée et vie professionnelle… plus facile à négocier dans une grande entreprise. Si les jeunes diplômés ne postulent pas tout de suite dans les grands groupes, c’est pour mieux y revenir plus tard.