Parcoursup 2019, une nouvelle méthode pour inciter les indécis à choisir

Après les épreuves du baccalauréat, une nouvelle méthode « en trois étapes » veut soutenir les indécis à faire leur choix, afin d’accélérer l’ensemble de la procédure.

Un déroulement  d’affectation trop lent. C’était, en 2018, l’une des principales critiques à l’encontre de Parcoursup, ce nouveau dispositif d’affectation des lycéens dans l’enseignement supérieur. L’année dernière, la possibilité de conserver des vœux durant tout l’été dans l’attente d’une meilleure proposition avait ralenti la procédure, tout en rendant cette période stressante pour les familles.

Le ministère de l’enseignement supérieur a décidé de modifier le tir en combinant plusieurs mesures. D’abord en resserrant le calendrier : la phase principale ne s’étendra plus jusqu’à début septembre mais s’achèvera le 19 juillet. Ensuite en raccourcissant le délai de réponse des candidats : cinq jours – au lieu d’une semaine en 2018 – lors de l’ouverture de la phase d’affectation (du 15 mai au 19 mai), puis trois jours à compter du 20 mai.

En outre, le ministère déclare, ce vendredi 11 janvier, qu’il souhaite renforcer l’accompagnement de certains lycéens avec un nouveau dispositif « en trois étapes ». Celui-ci débutera après les épreuves écrites du baccalauréat (du 17 au 24 juin), et ne concernera que ceux qui, à cette date, n’auraient pas accepté définitivement une proposition.

L’objectif ? Faire en sorte que les jeunes qui sont indécis entre plusieurs de leurs vœux – qui sont parfois très diversifiés – bénéficient d’un regard extérieur pour les aider à trancher plus vite. Dans le cadre de ce nouveau dispositif, les candidats recevront, via Parcoursup, une « demande de bilan » à trois reprises : le 25 juin, le 6 juillet (au lendemain des résultats du baccalauréat) et à la fin de la phase principale (du 17 au 19 juillet). Il sera alors demandé aux élèves de statuer sur le mûrissement de leur projet.

Réellement, à chacun des deux premiers points d’étape, les jeunes auront trois jours pour confirmer l’intérêt qu’ils ont pour leurs différents vœux en attente, et, le cas échéant, pour maintenir la proposition acceptée provisoirement. Les candidats pourront surtout solliciter un entretien, en présentiel ou par téléphone, avec des intervenants mobilisés pour leur répondre. Parmi eux : les psychologues de l’Education nationale (1 pour 1 200 élèves scolarisés dans le public, selon un rapport du Conseil national d’évaluation scolaire (Cnesco) de novembre 2018), les personnels des services communs universitaires d’information et d’orientation (SCUIO), et les équipes pédagogiques des établissements.

Au troisième point d’étape, les candidats constamment indécis devront confirmer leur choix d’inscription dans la formation qu’ils auront acceptée, avant la fin de la phase principale de Parcoursup. En cas de manquement – malgré les rappels et notifications qui seront envoyés –, les vœux en attente puis les propositions d’admission non confirmés aux points de bilan seront ôtés des dossiers des candidats silencieux.

Avec cette méthode, il s’agit bien d’avancer le processus d’affectation, en aidant les candidats hésitants à répondre positivement à la proposition qui leur convient le mieux, et à renoncer à des vœux qui ne les intéressent plus. Reste à vérifier si les candidats s’empareront de cette main tendue : l’an dernier, quelque 40 000 candidats qualifiés « d’inactifs » ne répondaient pas aux sollicitations des Commissions d’accès à l’enseignement supérieur, qui offraient de l’aide aux bacheliers sans proposition d’admission.