Le taux d’inactivité en France est à son plus bas niveau depuis dix ans

Ces chiffres modérés selon les normes du Bureau international du travail réaffirment la lente baisse du chômage en France.

Le progrès sur le marché du travail se poursuit, mais à une cadence très lente. Au premier trimestre, le taux de chômage s’est amoindri de 0,1 point sur l’ensemble du territoire (outre-mer compris, sauf Mayotte), d’après les données provisoires distribuées, jeudi 16 mai, par l’Insee. Ce ratio, qui se situe désormais à 8,7 % – soit son plus bas niveau depuis début 2009 –, avait déjà abandonné de 0,3 point lors des trois derniers mois de 2018.

Pour la période convenant de début janvier à fin mars, il y avait, en métropole, 2,4 millions de personnes au chômage (soit 19 000 de moins en trois mois). Une réduction effectuée en vertu de la définition du Bureau international du travail (BIT). Ces conséquences semblent en ligne avec les dernières données relatives à la création d’emplois : publiées le 10 mai par l’Insee, elles présentaient une progression des effectifs dans le secteur privé de 0,3 %, au premier trimestre.

Taux de chômage de longue durée à 3,3 %

Entre les chômeurs, 963 000 affirment rechercher un poste depuis au moins un an. Le taux de chômage de longue durée s’élève, ainsi, à 3,3 % de la population active, en diminution de 0,3 point en un an.

Si l’on considère les statistiques par tranche d’âge, les résultats sont tranchés : le taux de chômage baisse pour les personnes de 25 à 49 ans (− 0,2 point entre janvier et mars ; − 0,7 point sur un an) mais il s’accroît chez les jeunes, au premier trimestre (tout en refluant clairement, si l’on raisonne sur les douze mois écoulés, à − 1,7 point). Quant aux seniors, la tendance est à l’augmentation (+ 0,2 point en un an).

La part des personnes de 15 à 64 ans qui ont un emploi reste stable, s’établissant à 66,1 %, ce qui aménage « son plus haut niveau depuis 1980 », déclare l’Insee. En un an, cet indicateur a progressé pour toutes les tranches d’âge, en particulier pour les jeunes (+ 0,8 point, malgré une baisse début 2019) et les 55-64 ans (+ 0,5 point). Quant à la qualité de l’emploi, elle poursuit de s’améliorer, modestement, avec une amélioration très légère (+ 0,1 point) de la part des personnes titulaires d’un contrat de travail à temps plein (à 54,5 %).