La rentrée pour l’Université de Limoges

Vers les 16.500 étudiants ont commencé l’année universitaire ces derniers jours en Limousin. Pour le président de l’Université de Limoges, la rentrée s’est passée sans grand problème. Alain Célérier souligne le rôle que l’établissement joue dans le développement économique local.

Comment s’est passé la rentrée universitaire à Limoges, où vers les 16.500 étudiants sont immatriculés ? « Bien« , pour le président de l’Université, Alain Célérier, « il n’y a pas eu de problème majeur », explique-t-il, « et la situation financière s’améliore ».

Limoges, une ville favorable pour les étudiants

Une seule section était sous tension : STAPS (formation sportive). « On avait défini des capacités d’accueil, ParcourSup nous a permis de classer les candidats« , raconte Alain Célérier. Aujourd’hui, « il en reste une centaine en liste d’attente, mais on n’a plus trop de nouvelles d’eux, donc j’imagine qu’ils ont trouvé une solution« , affirme le président de l’Université, qui indique quand même que des procédures étaient prévues au cas où.

L’Université attire 40% d’étudiants venant de l’extérieur de l’Académie. Qui y trouvent leur compte, selon le président. »Si le déplacement est parfois un peu compliqué, une fois qu’on est là c’est avantageux, notamment pour les loyers« .

Grâce à la recherche, l’Université joue un rôle dans le développement économique

La specificité de l’Université de Limoges, c’est d’être ouverte sur le monde professionnel avec l’AVRUL, l’agence de valorisation universitaire, classée 2ème au niveau national en 2016. « Une grosse partie de la recherche menée à l’Université peut conduire à des transferts technologiques, de la recherche appliquée« , et donc à la création de jeunes pousses, explique Alain Célérier. Et c’est tout l’avantage d’être ici et non pas centralisé à Bordeaux : « on a un rôle à jouer sur le développement économique !« .

Côté budget, après 2 années de déficit, « le résultat 2017 est positif » pour l’Université de Limoges et « 2018 s’annonce correct« . Le tout, affirma le président, grâce à des mesures douloureuses de réductions du nombre de postes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *