Rebond rassurant de l’emploi aux Etats-Unis en octobre

A New York (Etats-Unis), le 5 novembre 2021.

Les Etats-Unis ont connu en octobre un rebond rassurant du marché du travail : le pays a créé ce mois-ci 531 000 emplois tandis que le taux de chômage est retombé de 4,8 à 4,6 %, selon les chiffres publiés vendredi 5 novembre par le ministère du travail. Le président Joe Biden s’en est immédiatement réjoui, alors que le Congrès doit voter sur ses plans d’infrastructures et sociaux dans l’après-midi : « Il s’agit d’une amélioration significative par rapport à mon entrée en fonction et un signe que nous sommes sur la bonne voie », a twitté le président.

Surtout, le ministère du travail a revu à la hausse les chiffres des deux mois précédents, qui avaient valu à M. Biden de forts reproches sur sa politique économique. Les mois d’août et septembre, marqués par une anémie de la reprise en raison du variant Delta et des goulets d’étranglement économiques, n’ont pas été aussi terribles qu’on le pensait : les créations d’emplois ont été revues à la hausse pour septembre et août, se situant à 312 000 et 483 000 au lieu des 194 000 et 366 000 annoncés, soit 235 000 de mieux que prévu.

Un retour tortueux

Le pays reste en deça des 640 000 emplois créés chaque mois jusqu’entre janvier et juillet mais il est dans une dynamique compatible avec l’analyse de la Réserve fédérale (Fed) : la banque centrale estime que la reprise a été cassée en août par le variant delta et les goulets d’étranglement, que les deux se résorberont progressivement mais seulement dans le courant de l’année 2022 et que l’inflation reculera dans la foulée. Le taux de télétravail pour cause de covid a reculé sensiblement de 1,6 point, pour passer à 11,6 % des effectifs. Les salaires, eux, ont progressé fortement de 4,9 % sur un an, s’approchant du niveau de l’inflation (5,4 % en septembre).

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale commence à réduire son soutien à l’économie

Au total, 154 millions d’Américains ont un emploi, soit 4,7 millions de moins qu’en février 2020. Le chômage qui avait bondi au-delà de 14 % au printemps 2020 reste supérieur à celui qui prévalait avant crise (3,8 %).

Cette baisse de la participation à l’emploi s’explique selon le Peterson Institute à 27 % par le vieillissement de la population, 23 % par le niveau élevé du chômage et pour moitié par d’autres raisons, non expliquées scientifiquement

Le retour des Américains sur le chemin de l’emploi reste tortueux. L’ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton, Robert Reich, estimait récemment que les travailleurs américains s’étaient engagés dans une « grève générale officieuse » en refusant d’accepter les 11 millions d’offres d’emplois ouvertes. La réalité est un peu plus complexe. La population active est stabilisée à 61,6 % contre 63,4 % avant la pandémie.

Il vous reste 21.16% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.