L’emploi des cadres sur de nouveaux sommets en 2020

L’emploi cadre marquera un nouveau record en 2020, affirme l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans ses prévisions publiées vendredi 14 février. 281 300 encadrants ont été recrutés en 2019 et ils seront 5 % de plus cette année, soit 296 600. Le seuil des 300 000 devrait être dépassé en 2022. « Cette bonne dynamique va se poursuivre. Les entreprises continuent de recruter massivement, car les transformations exigent toujours plus d’expertises », commente, le directeur général de l’APEC, Bertrand Hébert, qui émet toutefois un bémol pour les seniors qui n’en profitent pas tous.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les demandeurs d’emplois les plus âgés et les moins diplômés, oubliés de la « société du tout numérique »

Quelques chiffres récents confirment cette orientation. Spécialiste de l’ingénierie, Alten a annoncé le 11 février le recrutement de 4 400 postes en CDI en 2020 (dont 1 900 en Ile-de-France) : 4 000 ingénieurs, 260 business manager et 140 cadres pour les fonctions supports. Dans les télécommunications, le 6 février, la DRH d’Orange Valérie Le Boulanger, qui présentait son plan stratégique « Engage 2025 », déclarait vouloir doubler le nombre d’experts techniques d’ici à 2025 pour atteindre plus de 20 000 personnes.

« En deux ans, ce sont 150 000 nouveaux postes qui ont été créés », insiste Gaël Bouron, responsable adjoint du pôle études de l’APEC. L’enquête annuelle de l’association a été menée du 21 octobre au 31 décembre auprès de 10 000 entreprises représentant 1,7 million de salariés. Elle fait le bilan du nombre de nouveaux CDI et CDD d’au moins un an, des promotions internes et des départs depuis janvier 2019. Depuis plusieurs années, le haut niveau de recrutement a favorisé leur mobilité, passée de 6 à 9 % entre 2015 et 2018. Mais en 2019, les entrées et les promotions internes ont été nettement supérieures aux sorties, avec 74 800 créations nettes d’emplois.

Intégration de la transformation numérique

L’essoufflement de la croissance économique, à 1,2 % du PIB en 2019, n’a eu que peu d’impact sur l’emploi des cadres. Après trois années de progression à deux chiffres des recrutements, le rythme s’est toutefois ralenti avec une hausse de 6 % en 2019 et de seulement 5 % pour 2020. « Mais les recrutements sont plutôt indexés sur les investissements des entreprises, en hausse de 4,2 % en 2019 », explique Gaël Bouron. En 2020, les entrepreneurs devraient maintenir leur propension à investir, afin de poursuivre l’intégration de la transformation numérique, explique l’APEC.