L’argot de bureau : pourquoi tant de « N » ?

« Le nouveau management tente de brouiller cette hiérarchie, et se passerait bien de cette expression rétrograde. »

M.Z = X (N – 10) = > 500K/Y. Comprenez : monsieur Z, qui est le facteur X de votre entreprise puisque les salariés lambda (les N – 10) dépendent de son leadership, mérite de gagner 500 000 (500 K) euros par an (« per year », Y) pour ses prouesses. L’alphabet est riche dans le monde de l’entreprise, au point qu’il peut donner naissance à de charmantes équations.

A mi-chemin entre les formules de la suite de Fibonacci et du binôme de Newton, sur le Web, on trouve des conseils de management. « Comment obtenir le meilleur de son N – 1 ? », « Comment attirer l’attention de votre N + 2 ? » Le « n », dans une suite mathématique, c’est le rang, le niveau d’un terme : le n + 1 désigne le rang supérieur. En entreprise, c’est pareil : dans la chaîne de travail, si je suis N, mon supérieur immédiat est mon N + 1 et ainsi de suite. Les personnes qui se rapportent à moi sont mes N – 1, mes « subordonnés ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’argot de bureau : « Full remote », au secours mon bureau a disparu !

Cette lettre, dont l’usage en entreprise est typiquement français, signe donc l’algébrisation d’un être humain en fonction de sa position, et non en fonction de ce qu’il fait. Si l’entreprise est une pyramide, on en gravit les échelons en montant de la base au sommet, niveau par niveau. Cette vision nous vient de la révolution industrielle et de sa division du travail instaurée par Frederick Taylor, que l’on nomme l’« organisation scientifique du travail ». Encore de la science, des chiffres et des lettres.

Avec les N, on mesure la distance, même s’il est peu agréable d’être considéré comme un N –5, voire un N – 10 corvéable à merci. Et ce niveau vous octroie un certain nombre de droits, tel un label gravé dans le marbre : je peux me permettre de tutoyer mon N + 1 ; allez, soyons fous, mon N + 2 aussi ! En revanche, le N + 3, qui a son propre bureau… Nous ne jouons pas dans la même cour, je le vouvoierai et il me tutoiera. De même que je tutoierai mes N – 1. Quel enfer !

Un animateur

Les N + 1 et N-1 permettent donc de fixer les règles, et de vous rappeler que Virginie, avant d’être votre partenaire de cafétéria, est tout simplement votre boss, et qu’elle est susceptible à tout moment de vous demander de faire 500 photocopies. En général, le N + 1 est donc celui qui vous donne du travail et vous fixe des objectifs, mais aussi celui qui vous surveille et vous évalue : « Un chef, c’est fait pour cheffer », après tout.

Il vous reste 29.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.