« La contre-mobilisation accomplie par Amazon a contribué à réduire aux yeux des employés le syndicalisme à un prestataire de services »

Tribune. Des deux côtés de l’Atlantique, le vote des 5 805 employés de l’entrepôt Amazon de Bessemer, dans l’Alabama, à propos de leur syndicalisation a suscité une importante couverture médiatique. Il faut dire que ce conflit du travail cristallisait des enjeux importants. Celui des conditions de travail des employés d’Amazon en pleine crise sanitaire : avec pas ou peu de contreparties, ces ouvriers des entrepôts ont été mis à rude épreuve avec l’explosion des commandes, tandis que le patron de l’entreprise, Jeff Bezos, s’est considérablement enrichi.

Celui aussi d’une mobilisation concernant surtout des travailleurs noirs dans un Etat du Sud, s’inscrivant dans le sillage du mouvement Black Lives Matter. L’enjeu, enfin, de la panoplie bien rodée de tactiques antisyndicales portées par des cadres et des consultants spécialisés : jouer sur le périmètre des employés concernés par le scrutin, user d’une communication quotidienne au travail à propos des syndicats le plus souvent erronée, réprimer voire licencier illégalement des militants.

Modes d’action des associations et des ONG

C’est pourquoi cette tentative d’implantation syndicale a reçu de nombreux soutiens, dont en premier chef celle, historique, du président Joe Biden. Mais pour le moment, Amazon reste, à l’instar de Walmart, une entreprise sans présence syndicale, « union free ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le syndicalisme ne fait pas son entrée chez Amazon aux Etats-Unis

L’échec de la syndicalisation de ces employés d’Amazon est également révélateur des dilemmes stratégiques et organisationnels auxquels font face les syndicalistes étatsuniens. A bien des égards, ce qui s’est joué à Bessemer illustre les difficultés des syndicalistes à s’émanciper du carcan des relations professionnelles nord-américaines et d’un droit du travail défavorable aux actions collectives des travailleurs, comme en témoigne un taux de syndicalisation très bas à 10,8 % (6,3 % dans le privé).

Pourtant, les syndicalistes n’ont eu de cesse de renouveler leur répertoire d’actions depuis la fin des années 1970. Ils empruntent ainsi, de plus en plus, les modes d’action des associations et des organisations non gouvernementales (ONG) relevant du plaidoyer (sensibilisation des investisseurs des entreprises et campagnes de relations publiques), voire mènent des luttes communes avec ces organisations.

En mobilisant des soutiens extérieurs, mais aussi en mobilisant souvent à distance des lieux de travail et des travailleurs eux-mêmes, il s’agit de nuire à la réputation des entreprises pour que leurs dirigeants accordent de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail aux employés, qu’ils soient syndiqués ou non.

Il vous reste 55.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.