La bonne nouvelle du marché de l’emploi

Quand Emmanuel Macron, lors de sa campagne présidentielle de 2017, avait jugé possible d’atteindre un taux de chômage de 7 % en fin de quinquennat, l’objectif avait suscité beaucoup d’incrédulité. Les Français avaient encore en tête l’incapacité de son prédécesseur à « inverser la courbe » du chômage, comme ce dernier s’y était engagé. Les chiffres de l’emploi, publiés par l’Insee, jeudi 13 février, montrent que la trajectoire fixée par Emmanuel Macron est du domaine du possible.

Le taux de chômage, en 2019, a chuté de 0,7 point pour tomber à 8,1 %. Pas de quoi pavoiser, mais le nombre de chômeurs de longue durée est passé, pour la première fois depuis dix ans, sous la barre du million, tandis que le marché des cadres bat record sur record.

Lire aussi Le chômage en France est à son plus bas niveau depuis 2008, selon l’Insee

D’aucuns diront que c’est un bol d’oxygène pour un gouvernement empêtré dans sa réforme des retraites. Il s’agit avant tout d’une bonne nouvelle pour les Français. Voilà douze ans qu’un tel chiffre n’avait pas été atteint. Plus marquant encore : pas une seule année depuis 1983, le taux de chômage de notre pays n’est retombé sous la barre des 7 %, alors que la plupart des grandes économies ont retrouvé le plein-emploi depuis plusieurs années déjà.

L’amélioration de la situation française s’explique d’abord par la dynamique de créations d’emplois. La tendance est d’autant plus solide que, contrairement à un passé récent, les emplois aidés ne sont pas à l’origine de la décrue. Près de 90 % du million de postes créés sur les cinq dernières années le sont dans le privé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Amélioration durable sur le front de l’emploi

Lorsque le chômage augmente, le gouvernement est systématiquement considéré comme le principal responsable. Il est bien légitime que, lorsqu’il baisse, l’exécutif cherche à s’en attribuer les mérites. Mais ceux-ci doivent être partagés. Les réformes engagées sous François Hollande avec l’allégement du coût du travail pour les entreprises et la réforme du code du travail, deux axes poursuivis et amplifiés par Emmanuel Macron, commencent à produire des effets. Le regain d’attractivité de la France pour les investisseurs étrangers, la montée en puissance de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle sont également à même de soutenir la tendance.

Diminution mécaniquement facilitée

Mais, au-delà de ces mesures, deux facteurs puissants expliquent l’amélioration du marché du travail. Le premier tient à la démographie. Alors que, dans les années 2000, la population active augmentait de 200 000 à 300 000 personnes par an, elle a aujourd’hui tendance à stagner, voire à diminuer. Sans remettre en question les efforts du gouvernement, quand un pays a moins de personnes à intégrer sur son marché du travail, la diminution du taux de chômage est mécaniquement facilitée.

Le second facteur est lié au ralentissement des gains de productivité. Désormais, l’économie française continue de créer de l’emploi à un rythme soutenu, même lorsque la croissance est tout juste supérieure à 1 %. Même s’il faut se féliciter du fait que l’industrie recommence à créer de l’emploi, l’essentiel de la dynamique est soutenu par les emplois de services, qui ont une faible productivité.

Ces deux paramètres devraient continuer à jouer dans les mois à venir. C’est une opportunité pour le gouvernement, qui doit maintenant concentrer ses efforts pour rendre le marché de l’emploi plus inclusif, alors que le nombre de personnes sans activité, mais qui, pour diverses raisons, ne cherchent pas de travail, a explosé en quinze ans. Derrière des chiffres encourageants, la fracture sociale demeure.

Lire aussi Le chômage baisse, mais « les difficultés sont devant nous »

Le Monde