Exposition à l’amiante : dix-sept anciens salariés de la marine nationale seront bien indemnisés

Le Conseil d’Etat a rejeté un pourvoi en cassation du ministère des armées et confirmé l’indemnisation pour « préjudice moral » lié à l’amiante de dix-sept anciens salariés de la marine nationale. « L’Etat versera une somme de 3 000 euros au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative » aux personnes concernées, précise la décision du Conseil d’Etat rendue vendredi 13 mai.

L’affaire avait été examinée par le tribunal administratif de Rennes en juin 2019, puis par la cour d’appel administrative de Rennes qui avait confirmé sur le fonds, en janvier 2021, le jugement de première instance. Le ministère des armées avait alors saisi le Conseil d’Etat.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La Cour de cassation ouvre, en théorie, l’indemnisation du préjudice d’anxiété à tous les travailleurs de l’amiante

Ces anciens salariés, pour la plupart marins d’Etat ayant passé une partie de leur carrière à bord de bâtiments de la marine nationale, avaient saisi la justice pour avoir été, dans le cadre de leurs fonctions, exposés aux risques présentés par l’inhalation de poussière d’amiante présente sur ces navires.

Ils étaient de ce fait, selon leur requête, exposés à un risque élevé de développer une pathologie grave de nature à engendrer un préjudice d’anxiété indemnisable. L’exposition à l’amiante, interdite en 1997, peut exposer les victimes au cancer de la plèvre susceptible de se déclarer des années plus tard.

Lire aussi Procès de l’amiante : la « fibre tueuse » en quatre questions

Le Monde avec AFP