Des courriers de menaces envoyés à des doctorants de Sciences Po

L’université parisienne a porté plainte contre ce message malveillant reçu par vingt-cinq de ses étudiants le 21 février.

« La France sera vidée de son élitocratie par le fer et le sang dans les délais les meilleurs », « la colère du peuple est intégrale et irrévocable »… Jeudi 21 février, vingt-cinq doctorants du Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po, ont obtenu dans leur boîte e-mail ces propos haineux et menaçants.

L’établissement a connu, mardi 26 février, l’existence de ce message, certifiant un Tweet de Louis de Raguenel publié la veille sur le Tweeter. L’un des rédacteurs en chef de l’hebdomadaire Valeurs actuelles rappelait des « menaces de morts » reçues par ces chercheurs de Sciences Po.

« La haine de ce que vous incarnez est incommensurable. Mettre le feu à votre école admettrait au peuple de s’affranchir intellectuellement », averti l’auteur dans fin de son e-mail.

L’institut d’études politiques parisien a aussitôt répondu et il a pris la décision  de porter plainte, contre X au commissariat de police du VIIe arrondissement de Paris, vendredi 22 février.

Il avérerait que ce courriel n’ait pas pointé uniquement les doctorants du Cevipof : « D’autres messages similaires ont été signalés ces dernièrement, d’après la police, au-delà de l’institution Sciences Po », indique-t-on au sein de l’établissement parisien.