Suppression des postes chez Carrefour, des syndicats sont contre le projet de la direction

Depuis l’arrivée d’Alexandre Bompard aux manettes du distributeur, en juillet 2017, Carrefour a annuler 5 000 postes.

Alexandre Bompard, PDG de Carrfour, le 28 février 2019.
Alexandre Bompard, PDG de Carrfour, le 28 février 2019. BERTRAND GUAY / AFP

Les structures syndicales et la direction de Carrefour se sont une nouvelle fois croiser, mardi 16 avril, pour invoquer les elliminations des postes envisagées par le groupe de distribution alimentaire.

Un an après le début d’un grand plan de changement accompagné d’une importante réduction d’effectifs, la nouvelle cure d’amaigrissement passe mal auprès des salariés. Sur les réseaux sociaux, plusieurs ont détourné le slogan de l’enseigne en faveur de la transition alimentaire, transformant « Act for Food, Des actions concrètes pour mieux manger » en « Act for Flouz, Des actions concrètes pour mieux se gaver ».

Se tenait des dispositifs prévus dans le dernier changement du code du travail, Carrefour a entrepris de négocier un accord de rupture conventionnelle collective (RCC) lui permettant de réduire ses effectifs par le biais de départs volontaires, sans explication économique. Il a besoin un accord signé par des syndicats représentant au moins 50 % du personnel.

L’objectif du distributeur, qui engage 115 000 salariés en France, dont 60 000 dans ses hypermarchés, vise à annuler 1 229 postes dans ses 220 hypermarchés français pour adapter les effectifs aux nouveaux choix stratégiques censés relancer ce format de magasin (réduction des espaces réservés aux produits non alimentaires, mais création de rayons consacrés au déstockage, abandon de la bijouterie…). Les postes visés touchent donc la bijouterie, le rayon multimédia, l’arrière-caisse, le service de la paie, l’encadrement, les fonctions administratives et les caisses des stations-service.

Autre cure d’amaigrissement

La direction veut ainsi inciter quelques salariés à quitter l’entreprise, afin de proposer à d’autres, dont les métiers seront abandonnés, des postes libérés. Car à la différence d’un plan de départs volontaires (PDV), une RCC permet de pourvoir les postes vacants.

L’ambition des dirigeants est aussi d’accélérer le départ de « salariés, en fin de carrière, qui n’ont pas envie de se former à la digitalisation ou de changer de métier », souffle-t-on en interne. Pour favoriser ce mouvement « sans départ contraint », Carrefour a décidé d’y ajouter un plan de préretraite. Et pour éviter une hémorragie dans ses activités les plus stratégiques, la société a fixé un pourcentage maximum de départs dans chaque secteur, et a exclu de ce plan les rayons de produits frais (boulangerie, pâtisserie, fruits et légumes, poissonnerie…), sur lesquels elle rencontre des pénuries d’embauche.