« L’invisibilisation des apports théoriques, des créations conceptuelles » : le vrai sexisme universitaire

Ce que nous devons exiger, rappelle la sociologue Nathalie Heinich dans une tribune au « Monde », c’est le refus d’être invisibilisées parce que femmes. Ce n’est pas notre statut de femmes que nous voulons voir respecté, mais notre statut de chercheuses, d’intellectuelles, de productrices de savoir.